rss Syndiquer tout le site


Baïfall Dream au salon Who's next
Édition du 22-05-2011
 
Contacts / Échanger

Monde

20 janvier 2006

Motifs et forces derrière le développement de Mitraniketan

Mitraniketan, ONG (Organisation Non Gouvernementale) créée en 1956, « éducation communautaire au sein d’une communauté centrée autour de l’éducation ». Ce projet est parti d‘un besoin : éduquer ceux que la société indienne met de côté (les intouchables et les populations tribales).


K. Vishwanathan, fondateur de cette communauté, a donc suivi pendant 5 ans les plus grands penseurs et politiciens d’Inde (Gurudev Tagore, Gandhi,...) puis explora pendant 3 ans les solutions alternatives existantes à travers le monde (USA, Danemark, Angleterre,...).
Mitraniketan en est le résultat et a redynamisé toute une région agricole infertile avec un mot d’ordre, rester indépendant tout en fournissant à tous des outils pour améliorer son quotidien : connaissances concrètes et utiles, leadership, support aux métiers ruraux, bibliothèque, gymnase, professeurs de qualité, centre informatique, musique, danse,...

Extrait de Motifs et forces derrière le développement de Mitraniketan
Par K. VISWNATHAN

Beaucoup de visiteurs venant à Mitraniketan posent cette question fondamentale. Il n’est pas facile de donner une réponse rapide parce que je ne me suis jamais assis pour y réfléchir et fournir une réponse en deux lignes. Bien entendu, je reste prolifique sur le sujet.

Je peux rappeler ici une série d’évènements qui ont influencé ma vie à différents niveaux, et préparé ma future pensée. Il apparaît que de puissantes influences externes ont interagies avec des forces internes. À travers ce processus d’élargissement de mon propre horizon mental, j’ai accumulé avec le temps de la croissance, du développement et de l’expérience, alors que des influences héréditaires ainsi que des forces négatives et positives de mon entourage ont contribué à bâtir une perspective et une vie pleine de sens, avec un but bien défini.

En regardant le passé, je commencerai par mes grands parents et mes parents, qui, malgré leur détermination et leur réussite, n’ont jamais abusé de leur situation pour amasser de la richesse. Ils étaient un exemple de générosité, de respect et de dignité en faisant preuve d’amitié et d’entraide envers les autres, qu’ils soient des amis, des voisins, des parents ou des étrangers. Dans une telle société, formée de castes, consciente du statut de chacun et féodale, malgré notre appartenance à une classe déprivilégiée, ils cultivaient un sens de l’égalité, ne se laissant jamais abattre et respectant avant tout leur propre vie, ils ne se sont jamais couché devant quelqu’un. En fait, leur approche juste et droite, les a rapproché de toutes les strates de la société, riche et pauvre, haut et bas et ont gagné force d’amour et d’admiration. Ils ont montré leur compassion et prenaient soin des anciens, des pauvres et des oppressés et des désavantagés socialement et culturellement.

Mon grand père, un physicien indigène talentueux ainsi qu’une figure respectée et populaire, était un fervent disciple du maître Sree Narayana. Nous apprenions les prières composées par lui à la maison, tous assis autour de la lampe. Elles étaient simples et universelles, facilement compréhensibles et mémorisables par tous.

Plus tard, en tant que jeunes garçons d’école, nous avons commencé à réfléchir sur les idées nobles et les significations profondes de chansons et de simples slogans qui apparaissaient sur les murs comme “Une Caste, une Religion, un Dieu pour l’Humanité” ou “ Ne demandes pas, ne penses pas, ne prononces pas le mot caste”. Cela étaient nos sources d’inspiration lors de notre jeunesse, qui graduellement m’ont motivé et me donneront le courage de m’engager dans des mouvements socio-politiques lors des appels de Gandhiji et de nos leaders nationaux. Pendant ma vie écolière, le mouvement Scout m’a ouvert les yeux sur les actions de groupe plus disciplinées, lorsque nous étions appelés à montrer notre loyauté et notre patriotisme. Les fêtes d’anniversaire, les processions et les montées de drapeaux étaient considérées comme des occasions de faire partager sa joie, sa bonne humeur et de prier pour une longue vie à notre souverain, en tant que “Dieu incarné en roi”.

Notre intérêt s’est ensuite tourné vers les apparences publiques, sur scène ou sur gradin, pour s’amuser, pour remercier et pour réciter des rapports, des essais, des poèmes, des histoires, pour annoncer des discours préparés ou faire des allocutions publiques.

Chaque jour nous avions à parcourir plusieurs miles pour se rendre à l’école secondaire. Peu de livres et de journaux nous y étaient disponibles. En tant qu’élève d’école primaire, je me rappelle fort bien d’avoir été très impressionné par notre proviseur Sri. Bhagavathy Pillai, un enseignant consciencieux, fidèle à son rôle de proviseur envers ses élèves ainsi que leurs tuteurs. Il était aussi libraire, très attaché à la bonne tenue des livres, à les protéger du temps, et à les confier avec précaution aux lecteurs.

La bibliothèque publique rurale était attachée aux bâtiments de l’école, d’où il s’en occupait. J’allais fréquemment y chercher des livres pour mes parents et je restais en admiration devant le spectacle des lecteurs assis dans le grand hall de l’école, proche du bureau du proviseur, une scène régulière qui se répétait chaque jour après 16 heures.

Lire la version intégrale, 7 pages

Word
75 Ko

 

Contact :

www.mitraniketan.org
kvmitra@satyam.net.in

Mitraniketan,
PO - Mitraniketan,
Vellanad - 695 543.
Kerala




© 2005-2011 Diversitaire tous droits réservés
Site édité avec spip