rss Syndiquer tout le site


Baïfall Dream au salon Who's next
Édition du 22-05-2011
 
Contacts / Échanger

Expos & Infos

29 septembre 2005

Amadou GAYE le griot photographe

Avec sa gouaille inimitable et ses éclats de rire fracassants, Amadou Gaye, photographe, aime à se définir comme "Sénégalais de ventre, Parisien de coeur et Breton d’adoption".

Les images

" Je suis né à Saint-Louis mais j’ai grandi à Dakar. A treize ans je voulais être réalisateur et comédien. Puis en 1976, je suis arrivé à Paris. Là j’ai suivi des cours de photo dans une école professionnelle à Evry. C’était une formation pour devenir photographe de mode et de publicité. J’ai travaillé quelque temps dans ces milieux, mais il m’a semblé que je m’éloignais de moi-même. J’ai cherché à retrouver mon identité dans la photographie. C’est alors que je me suis rappelé les griots de mon enfance.

Depuis, je chante la beauté des petites gens, des anonymes.

Je les photographie dans leur univers, dans leur simplicité. Ce sont les sujets qui me choisissent. Récemment j’ai présenté une série de photos qui s’appelle "Paris la garce". Ce sont des photos de Parisiennes dans la rue. Des coquines. Pour moi le mot garce n’est pas péjoratif, il désigne la femme disponible, libre, joueuse, qui sait joindre le futile à l’agréable. Ma mère m’a eu très jeune. Je me rappelle ses copines à Dakar. Des fêtardes. C’est à ma mère et à ses amies que j’ai voulu rendre hommage par cette série.
Ce qui m’intéresse avant tout, c’est la proximité et la complicité avec les gens que je photographie. C’est pourquoi j’ai présenté récemment, à la galerie Tilène,
une double série d’images, que j’ai intitulée "De Paris au cœur de Breizh ". Les Bretons ont un esprit d’ouverture qui n’est pas si fréquent en France. On m’entend souvent dire que je suis sénégalais de ventre, parisien de cœur et breton d’adoption. Une partie des images est extraite de "Paris la garce", mais il y a aussi des photos de liesse populaire, à Paris et en Bretagne, comme la journée du beaujolais nouveau ou les bagadans au festival des Vieilles Charrues, à Carhaix. Des situations où les gens se retrouvent pour partager un moment de joie. "

Les mots

" A l’occasion de cette récente exposition, je suis revenu à mon métier de comédien. Le lieu s’y prêtait parfaitement. J’ai choisi d’interpréter les poètes d’expression française de la négritude. Ceux d’avant les indépendances, des Antillais, des Sénégalais, notamment : Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire, Birago Diop, Guy Tyrolien, Léon-Gontrand Damas... C’est dans les slams parisiens que j’ai trouvé la manière de les dire. J’aime que le public croie que ce sont des contes et non des poèmes. Je cherche à faire entendre leur musicalité. D’ailleurs, pour ces soirées, j’avais invité des amis musiciens, pour une ambiance à l’africaine. "

Simon Kohn

Contact

Amadou Gaye 06 84 65 89 23




© 2005-2011 Diversitaire tous droits réservés
Site édité avec spip