rss Syndiquer tout le site


Baïfall Dream au salon Who's next
Édition du 22-05-2011
 
Contacts / Échanger

Bien être & Détente

9 avril 2007

Studio Gillette Leuwat

Débarassez vous à l’aide de soins naturels de vos problèmes de peau, cuir chevelu, alopécies, calvities et démangeaisons. Découvrez la gamme des produits Gillette Leuwat et faîtes établir un diagnostic gratuit.

L’Alliance du Capital Traditionnel Africain & des Techniques de Pointe

Tiré du magazine Amina :

Financière de formation, elle est devenue spécialiste du cheveu. Gillette Leuwat, c’est son nom, se consacre depuis 1996 à l’élaboration de soins capillaires. Bains d’huiles de karité, de coco et de palmiste sont les maître-mots de ses traitements.

En 1999, cette jeune Camerounaise installe l’Institut, qui porte son nom, dans un bel appartement du 8eme arrondissement de Paris. C’est dans un cadre discret et convivial que Gillette reçoit ses patients. Leur point commun ? La volonté d’en finir définitivement avec leurs problèmes de cheveux. Alopécie, chute de cheveux, pellicules, manque de volume, sont autant de "problèmes" traités avec des produits africains naturels. Explications :

Comment avez vous été amenée à vous intéresser aux produits capillaires ?

J’ai découvert les produits que j’utilise en 1996, alors que je faisais une mission au Cameroun. En me rendant dans des villages, j’ai pu m’apercevoir que l es femmes avaient de longs cheveux. En revanche, les citadines qui allaient au salon de coiffure les perdaient. J’ai essayé de savoir pourquoi il existait une telle disparité alors que nous sommes génétiquement les mêmes. En fait, les villageoises utilisaient bien des produits qui faisaient pousser les cheveux. Malheureusement, la tradition étant orale il n’existait aucune formule écrite. j’ai récolté de nombreuses bribes d’information que j’ai recoupées, afin d’obtenir une formule à partir des mêmes produits.

Quelle est la proportion de beurre de karité, de noix de coco et d’huile de palmier que vous utilisez ?

Les proportions varient selon le type de cheveux et les traitements. Le coco nourrit le cheveux et l e fait pousser, le karité l’hydrate et le palmiste le protège et le dégraisse. Donc, pour quelqu’un qui a les cheveux gras, on mettre du palmiste en plus grande quantité que le karité et le coco. En revanche, pour celui qui a les cheveux secs, le karité sera prédominant.



Comment préparez vous ces produits ?

Tous les intrants sont élaborés au Cameroun à la manière de nos grand-mères. Je fais le mélange et le condionnement moi même à paris. Ces produits conviennent pour une consommation immédiate. Ils ne sont pas, à l’état pur, exportables. Il fallait pouvoir les conserver. Mes frères, pharmaciens, ont travaillé à définir de nouvea ux procédés de fabrication. Nous avons ainsi rajouté des conservateurs naturels comme le vinaigre ou le citron afin de les exporter. Partant du fait que chauffer l’huile lui fait perdre certains de ses principes actifs, nous avons trouvé une technique de fabrication avec l’extraction à froid de l’huile de coco. cela revient beaucoup plus cher, mais cette huile ultra vierge est plus efficace. Elle a la capicité de faire changer le duvet cheveu. Nous obtenons le karité au nord-Cameroun grâce aux femmes peulesL Les palmistes et le coco se trouvent dans la région d’Edéa.


Vous parliez de différents types de traitement. Quels sont ceux que vous préconisez ?

J’ai effectivement quatre types de soins. Le so in d’entretien convient aux personnes qui ont des cheveux sains ou qui ont terminé leur traitement et sont arrivés à avoir un cuir chevelu et un cheveu normaux. Les soins "anti-chute" sa’dressent a ceux qui ont perdu leurs cheveux de facon temporaire suite à un défrisage, après un accouchement ou encore suite à un gros stress. Il faut à ce moment rapidement récupérer les cheveux perdus afin que la chute ne s’installe pas dans la longueur. Ces soins durent 3 mois et demi, le temps de fortifier les cheveux et de les faire pousser. Si on veut plus de volume, il faut prolonger le traitement d’un mois. Les soins "repousse-volume" concernent ceux qui ont des problèmes de repousse ou qui, tout simplement, veulent plus de volume. Si l’on veut stopper une chute, avour des repousses et du volume, ces trois étapes prendront au moins 6 mois. Enfin, le quatrième type de soins co ncerne les alopécies, des chauves en particulier. Il associe le soin "repousse-volume" à une culture de cheveux. Dans ce cas, : soit la personne se coupe les cheveux, soit on récupère les cheveux tombés pendant le traitement.

Dès qu’on en a une masse suffisante, nous en faisons une culture dont nous faisons une lotion qui sera appliquée sur le cuir chevelu du patient. L’idée est de ré-utiliser la kératine contenue dans les cheveux. Elle les fortifie et les fait pousser. Afin de booster la repousse, nous appliquons aussi un produit a base de coco pur, fermenté et vieille dans des cuves. Grâce à ce produit, le cheveu existant prend deux à trois fois son volume et les duvets apparaissent. Il faut préciser que la culture des cheveux peut également être faite en soin d’e ntretien pour accélérer la repousse.

Comment établissez-vous un diagnostic ?

La premiere étape consiste à discuter avec le patient afin de comprendre son historique et ce qu’il attend du traitement. En prenant cela en compte, je fais un constat a main nue : je regarde son cheveu et son cuir cuir chevelu pour voir s’ils sont abîmés ou sain et s’il a ou non des problèmes de pellicules. A partir du toucher et de la vue, je propose le type de traitement qui est le plus adapté. Suite a cela, je prends des photos numériques que je conserve en fichier.
Quelle est la durée et la fréquence d’un soin ?

La pose peut prendre 30 minutes. Mai s si la personne a des locks, cela peut prendre jusqu’à une heure. Il faut garder le soin au moins 1 heure et demi avant de le rincer a l’eau tiède. Pour plus d’efficacité, il est conseillé de passer une nuit avec le soin. Au début, il faut venir 3 fois par semaine lorsqu’on ne garde le soin qu’1 heure et demi et 2 fois par semaine lorsqu’on le garde plus longtemps. Au bout de quelques semaines (2,4 ou 6 selon les personnes), on espace les soins à une fois par semaine.

Comment se fait-il qu’une fois qu’on suit votre traitement, on n’ait plus besoin de shampooing ?

Les shampooing ordinaires dégraissent. Or nos cheveux [cheveux noirs et métissés NDLR] sont secs.Ces shampooing sont faits pour les cheveux raides qui sont gras par nature. M& ecirc ;me lorsqu’il est dit sec, il ne l’est qu’à la pointe. En fait, l’agent lavant, même dans les savons, c’est l’huile et pas la mousse. Pour laver les cheveux, j’applique un bain d’huile fait à partir de ces trois huiles, plus des oeufs. L’oeuf est également un agent lavant et nourrissant.

Le site :

membres.lycos.fr/gleuwat

Contact :

Institut Gillette Leuwat
23 rue de Miromesnil
75008 Paris.

Tél : 01 42 66 40 81

gilletteleuwat@voila.fr



© 2005-2011 Diversitaire tous droits réservés
Site édité avec spip